Murtaugh Michael

Michael Murtaugh est le fondateur de automatist.org, une compagnie spécialisée dans les bases de données communautaires, le documentaire interactif et les nouvelles formes de lecture et d’écriture en ligne. Il enseigne au Master de Media Design et Communication du Piet Zwart Institute à Rotterdam. Il a fait partie du groupe de Cinéma Interactif de Glorianna Davenport (1994-1996) au MIT Media Lab.
Il collabore avec  Nicolas Malevé au projet Active Archives, une plate-forme de réutilisation du contenus digitaux et de production de classification et indexation alternatives. Dans ce cadre, ils ont reçu la commission de Joasia Krysa et Geoff Cox de penser à une archive en ligne pour les travaux et documents d’Erkki Kurenniemi. La première étape du projet s’est conclue lors d’un atelier durant la Documenta 13 et l’étape suivante fera partie de la rétrospective de l’oeuvre de Kurenniemi au Århus Kunstbygning en janvier 2013

 http://kurenniemi.activearchives.org/logbook/

Agency

Agency est le nom générique d’une initiative prise en 1992 par l’artiste Kobe Matthys et installée à Bruxelles. Le concept moderne de propriété intellectuelle repose fondamentalement sur l’ hypothèse d’ une division entre les catégories ontologiques de « nature » et « culture ». Toutefois, pour les pratiques artistiques, une telle séparation est difficile à faire. Agency constitue une liste croissante de “choses” qui résistent à cette scission. Ces “choses” sont empruntées à des procédés juridiques, à des controverses et à des jurisprudences concernant la propriété intellectuelle (droits d’auteur, brevets, marques, etc.). Agency convoque ces “choses” au fil de diverses assemblées, lors d’expositions, de lectures et de performances, ou dans diverses publications. Chaque assemblée se livre ainsi à une exploration topologique des différentes conséquences du geste de l’auteur dans les pratiques artistiques.

Lioult Jean-Luc

Jean-Luc Lioult est professeur émérite à Aix-Marseille Université, directeur de la collection Hors Champ aux Presses Universitaires de Provence. Outre de nombreux articles il a publié À l’Enseigne du Réel – Penser le documentaire (PUP, 2004), dirigé le recueil Des mouvants indices du monde – Documentaire, traces, aléas (PUP, 2008) et co-dirigé Penser la création audiovisuelle – Cinéma, télévision, multimédia (PUP, 2009). Il a également traduit en français l’ouvrage de William Guynn Un cinéma de non-fiction (PUP, 2001) et contribué à The Encyclopedia of Documentary Film (Routledge, Taylor & Francis, 2006).

léibovici franck

franck leibovici (paris). quelques storyboards (ubuweb, 2003), 9+11 (ubuweb, 2005), des documents poétiques (al dante, 2007), portraits chinois (al dante, 2007), lettres de jérusalem (spam, 2012), (des formes de vie) – une écologie des pratiques artistiques (les laboratoires d’aubervilliers / questions théoriques, 2012), filibuster (une lecture) (jeu de paume, 2013), des récits ordinaires (les presses du réel, 2014).

développe depuis 6 ans un mini-opéra pour non-musiciens, comme instrument de redescription des «conflits de basse intensité». les performances et installations, fondées sur des protocoles de la musique expérimentale, de la danse, des sciences studies ou de l’analyse conversationnelle, ne relèvent toutefois en rien du «spectacle vivant».

Krecké Carine et Elisabeth

Carine Krecké est une artiste plasticienne d’origine luxembourgeoise. Elle vit et travaille actuellement entre Luxembourg et Madrid. Nombre de ses projets sont réalisés en collaboration avec sa sœur jumelle Elisabeth. Elles ont participé à des expositions notamment dans le domaine de la photographie contemporaine (Mois Européen de la Photographie 2014 et 2006, Rencontres Internationales Paris-Madrid-Berlin 2010, Nuits de l’Europe / Rencontres Internationales d’Arles 2008, Paris-Photo 2007, Galerie Xippas 2007…). Elle a publié entre autres deux romans chez Ultimomondo (Syncope 2012, Retour au point de non-retour, 2008).

Elisabeth Krecké est professeure d’économie à Aix-Marseille Université. À ce titre, elle est l’auteure de nombreuses publications dans le domaine des sciences sociales. Depuis peu, elle vit et travaille au Luxembourg. Elle participe à la réalisation de la plupart des projets d’art et de littérature de sa sœur jumelle Carine.

Guérin Michel

Michel Guérin est professeur émérite de l’Université d’Aix-Marseille et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Auteur de nombreux ouvrages d’esthétique et de philosophie, il a notamment fait paraître Philosophie du geste (Actes Sud, 1995/2e édition, augmentée, 2011), Origine de la peinture aux Belles Lettres/Encre marine (sept. 2013) et La Croyance de A à Z chez ce même éditeur (mars 2015). Michel Guérin a dirigé plusieurs publications collectives, en particulier Le Geste entre émergence et apparence aux Presses universitaires de Provence (déc. 2014). Il est membre du comité de lecture de la revue La Part de l’Œil (Bruxelles).

Golsenne Thomas

Thomas Golsenne, docteur en histoire de l’art, a écrit sa thèse sur Carlo Crivelli et l’ornementalité au Quattrocento. Il est ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome et ancien professeur aux Beaux-Arts de Paris ; il enseigne actuellement l’histoire des arts visuels à la Villa Arson à Nice. Il a notamment co-publié une nouvelle traduction en français du De Pictura de Leon Battista Alberti (Paris, Seuil, 2004), co-dirigé Adam et l’astragale. Essais d’anthropologie et d’histoire sur les limites de l’humain (Paris, MSH, 2009) et La performance des images (Bruxelles, Université de Bruxelles, 2010), a publié divers articles sur l’ornementalité à la Renaissance ou dans l’art contemporain. Il va publier deux essais monographiques : l’un sur Carlo Crivelli et l’autre sur Pascal Pinaud (parution en 2014). Il dirige une unité de recherche sur la Bricologie à la Villa Arson.

Gattinger Katrin

Katrin Gattinger est artiste plasticienne ; elle s’intéresse aux fixités normatives de tous ordres (concrète, théorique, politique) qu’elle cherche à mettre en mouvement. Avec humour elle s’attaque au monolithe théorique du ça a été barthésien, en proposant des sculptures d’un c’est-encore-possible (2001) ; elle tord également des barrières anti-émeutes et des dizaines de mètres de tubes d’acier pour en faire des dessins aériens dans l’espace (2012) ; ou encore, elle cherche à performer une relation graphique entre toutes les ambassades de Bruxelles (2013).

Expositions personnelles au Centre d’art Langage Plus (Québec) et à la Galerie Duchamp à Yvetot en 2011, à Rosa Brux à Bruxelles en 2013. Elle est aussi docteure en art et science de l’art, enseignant-chercheur à l’Université de Strasbourg, responsable des M1 Recherche Arts plastiques, membre du comité de lecture de la revue Tête-à-tête, Entretiens et auteur de plusieurs articles sur l’art contemporain.

www.katrin-gattinger.net

Garnier Claire

Claire Garnier est diplômée de Sciences Po (Master Management de la culture et des médias) et titulaire d’un Master à l’Université Paris IV (L’art contemporain et son exposition). Elle a été chargée de production d’expositions au Centre Pompidou et assistante d’expositions au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme puis, de 2008 à 2014, chargée de mission auprès du Directeur du Centre Pompidou-Metz. Claire Garnier a été la coordinatrice de l’exposition inaugurale du Centre Pompidou-Metz, « Chefs-d’œuvre ? », puis a assuré le commissariat des expositions « Parade » et « Phares » (avec Elodie Stroecken). Elle a dirigé la publication des catalogues de ces expositions et participé à divers colloques et conférences. Elle a rejoint, en septembre 2014, l’équipe du Musée national Picasso-Paris qui a rouvert ses portes en octobre 2014.

Esclapez Christine

Christine Esclapez est Professeure des Universités en Sciences du Langage Musical à Aix- Marseille Université, chercheuse au LESA (Aix-en-Provence, EA 3274, Laboratoire d’Études en Sciences des Arts) au sein duquel elle co-dirige l’axe ICAR (Interactions : Recherche, Création et Action), directrice artistique du festival Architectures contemporaines (Festival universitaire de jeunes productions musicales) qu’elle a créé en 2008. Elle a fondé en 2010 un groupe de recherche principalement composé de jeunes chercheurs, docteurs et doctorants, le CLEMM (Création et Langages et Musiques et Musicologie) avec lequel elle débute la publication annuelle d’ouvrages collectifs aux éditions L’Harmattan (Ontologies de la création en musique. Des actes en musique, 2012 ; Des instants en musique, 2013 ; Des lieux en musique, 2014). Elle a réédité aux Presses universitaires de Rennes l’ouvrage de Boris de Schloezer sur Stravinsky (publié en 1929 et jamais réédité depuis) qui a obtenu le Prix de la réédition (Palmarès 2012, Prix des Muses).